Replay

Enquêtes criminelles Affaire Baca : un cadavre dans le grenier / Affaire Moritz : qui a tué l'artificier ?

Description : Affaire Baca : un cadavre dans le grenier Au cœur de l'été 2014, la famille Baca est désespérée. Où est passé Laurent, leur fils et frère ? Malgré les appels à témoins et les nombreuses affiches placardées dans la ville, aucune trace de ce père de famille de 37 ans. Laurent a été vu pour la dernière fois par sa compagne Edith, le 6 août 2014, alors que la jeune femme partait conduire leurs enfants au centre aéré. Les parents de Laurent Baca sont pourtant suspicieux. Le comportement de leur belle-fille, les intrigue. Elle ne prend pas part aux recherches, ne pose aucune question et vit comme si la situation était tout à fait normale. Alors Edith Baca aurait-elle quelque chose à cacher ? Le 20 novembre 2014, alors que la police perquisitionne son domicile, Edith va faire une révélation fracassante : « Je suis un monstre, il est là-haut ». Dans le grenier, au-dessus de la chambre des enfants, la police va alors découvrir la dépouille de Laurent Baca, emmuré sous des kilos de « béton minute ». Accident, légitime défense, ou crime de sang froid ? C'est tout l'enjeu de cette affaire... Affaire Moritz : qui a tué l'artificier ? Louvroil près de Maubeuge, le 1er juin 2011. Jean Moritz, père de huit enfants, vient de mourir dans l'incendie de son magasin de cotillons et feux d'artifice. L'autopsie révèle que le père de famille a été roué de coups, étranglé et poignardé avec un tournevis, avant d'être carbonisé. Débute alors une enquête insensée, pleine de rebondissements, qui va révéler dans l'entourage du père de famille plusieurs suspects possibles. À commencer par son fils cadet, Jessy, 15 ans, qui se trouvait à l'étage au-dessus du magasin et qui ne prévient pas les secours lorsque l'incendie se déclare. Les policiers suspectent également, l'ex-mari de l'actuelle compagne de Jean Moritz, un certain Youssef. Mais l'homme est vite mis hors de cause. Il a un alibi en béton. S'agit-il alors d'un concurrent de l'artificier? Possible, car dans le Nord de la France, ces professionnels se livrent une guerre sans pitié pour obtenir des contrats avec les mairies. Un mois avant de mourir, Jean Moritz avait retrouvé sa voiture carbonisée sans raison. Et depuis quelques semaines, il avait reçu des menaces anonymes sur son téléphone et son Facebook. Incontestablement quelqu'un lui en voulait. Ce n'est que 4 ans après les faits, qu'une émission de télévision va relancer l'enquête et permettre au juge d'instruction de confondre l'un des suspects... Émission déconseillée aux moins de 10 ans.